Balbuzar – Gérard Moncomble & Frédéric Pillot

19,00

Plus que 1 en stock (peut être commandé)

Description

Dans la mer des Sarboucanes, il ne fait pas bon naviguer, malepeste ! Sur son brigantin, l’Enragé, Balbuzar le pirate y règne sans partage. Notre bougre attaque, pille, coule, rançonne tout ce qui passe à sa portée. Farouche, cruel, redoutable, assurément, Balbuzar l’est ; avec une certaine bonhomie, cependant, et un grand sens de la justice. À vrai dire, il est en harmonie avec la mer, les îles, le vent, les rochers. Autour de lui, des oiseaux, toujours. Des femmes, des hommes, des enfants. Tous libres comme l’air. Mais voilà que l’impératrice Pépita XIII s’inquiète de cet état de choses. Elle envoie contre Balbuzar son meilleur officier, le Commodore, à la tête d’une armada. Il représente la force, l’ordre, la loi. Arrogant, dominateur, implacable. Sûr d’être celui qui nettoiera la mer des Sarboucanes. Balbuzar et le Commodore s’affrontent. Deux marins d’exception, deux guerriers affûtés. Le combat s’engage, fracassant, tumultueux. La lutte pourtant est inégale, car le Commodore a d’immenses moyens, une armée derrière lui et la puissance de l’empire. Il construit un navire gigantesque qui, assurément, va balayer les pirates et leur flottille battant pavillon noir. Le destin de Balbuzar semble tracé. Le hors-la-loi va être écrabouillé par l’énormité de l’adversaire. Cuit, ratacuit dans la marmite impériale. Croyez-vous ça ? Bien sûr que non ! Le rusé pirate saura trouver la faille dans la cuirasse du monstre. À lui seul il vaincra son monstrueux adversaire. Comme David foudroyant Goliath. Comme le petit tailleur abattant les deux géants. Balbuzar l’emporte par sa malice, mais aussi par la force de son désir : il veut vivre, alors que le Commodore ne songe qu’à soumettre le monde.
Une fable sur la liberté, sur la résistance, sur le pouvoir. Et une ode à la nature.