L’orange mécanique – Anthony Burgess

9,50

Plus que 1 en stock

Catégorie : Étiquette :

Description

Le décor inquiétant de cette fable anti-utopique, nous le connaissons bien : c’est celui de la banlieue concentrationnaire qui va recouvrir peu à peu la surface habitable de la planète. Une immense zone urbaine d’ennui, de désolation et de peur.

Sur ce monde déshumanisé et ses habitants asservis, Alex, le voyou au charme pervers féru de musique classique et de langues anciennes, entend régner par la violence et la terreur. A la tête de sa horde adolescente, il matraque, viole, brûle, torture, et s’acharne à détruire une société programmée pour le bonheur et le progrès.

Archange du Mal à l’état pur, il hante à jamais les pages cruelles de cet inoubliable thriller métaphysique.

L’orange mécanique , dont on a pu lire des extraits en feuilleton dans  » Le Nouvel Observateur  » , restera sûrement l’un des romans les plus marquants de son temps , parce qu’il est notre époque . Ne serait-ce qu’à ce titre , on peut assurer qu’il demeurera , tout comme le film qu’on en a tiré ( Stanley Kubrick ) longtemps d’actualité . Alex  » l’humble narrateur et martyr  » et aussi le héros de l’histoire , est le parfait produit d’une civilisation où la violence est devenue habituelle , non pas l’expression d’une révolte , mais l’expression tout court , manifestée par le langage et les actes de certains , exercée en représailles par les gens du Bien et de l’Ordre , passivement subie par la masse . Civilisation d’aveugles titubant et distribuant ou recevant les coups dans une nuit absolue . Les adolescents comme Alex ( il n’a pas quinze ans ) ont été élevés dans cette violence . Leurs bandes terrorisent la métropole et se terrorisent entre elles . mais le jour où Alex , qui est un pur à sa façon , est lâché par ses  » Drougs  » ( ses copains ) et arrêté par les
 » milichiens  » de la  » rosse  » ( la police ) , c’est pour être jeté dans une autre violence , celle des prisons . Et quand on essaie sur lui des méthodes nouvelles de
 » récupération  » sociale et et de rédemption , c’est au viol de sa conscience que procède scientifiquement , par le conditionnement , et à des fins de propagande politique ….. L’orange mécanique , ce serait le livre du désespoir de notre temps , s’il n’éclatait d’humour à chaque page , au point d’en être profondément salubre . Et puis , il y a le langage  » révolutionnaire  » , c’est le moins qu’on puisse dire , et si le contagieux qu’on ne saurait pas étonné d’e entendre bientôt les échos dans la rue .